Conférence-débat sur l’état des lieux de la campagne pour la justice fiscale au Burundi et les perspectives

Jan 24 2020 - 2:45pm

Share on Facebook Tweet this Email Print Share

Details

Jan 24 2020 - 2:45pm

 

En 2017, ICED et Tax Justice Network-Africa (TJNA) ont lancé la campagne « arrêter l’hémorragie » au Burundi avec les objectifs suivants:

  • lutte contre les flux financiers  illicites (FFI)
  • promotion des systèmes fiscaux progressifs au Burundi
  • politiques fiscales favorables aux pauvres
  • renforcement des systèmes fiscaux pour promouvoir la mobilisation des ressources intérieures (MRI) à l’heure du discours de l’indépendance financière du continent africain en général et du Burundi en particulier.

Elles ont su réunir plusieurs associations locales qui œuvrent sur la défense des droits humains et le développement économique du pays pour se rallier à la cause: Action Aid Burundi, et récemment  CNAC-MURIMA W’ISANGI, Christian Aid Burundi etc. Ces organisations se sont impliquées ensemble dans le renforcement des capacités de leurs membres (aussi bien au Burundi qu’à l’étranger), l'organisation de conférences sur la lutte contre les flux financiers illicites et la corruption à l’intention des journalistes et plusieurs parties prenantes, d'un atelier sur la lutte contre les FFI et la gouvernance des ressources naturelles au Burundi et ont commandité une étude sur cette même thématique dont les résultats ont été publiés en août.

En conséquence, des progrès considérables se font remarquer dans la prise des décisions liées aux politiques fiscales au Burundi grâce à cette campagne. Par conséquent, tous les acteurs et parties prenantes  dans cette campagne pour la justice fiscale, dans leurs différentes rencontres démontrent un engouement pour continuer à plaider pour des politiques fiscales favorables aux pauvres et continuer d’œuvrer en solidarité et de concert en vue de mettre ensemble les efforts éparpillés pour amplifier et améliorer cette lutte pour la justice fiscale.

ICED  et CNAC reconnaissent donc le rôle central que jouent les activistes, les journalistes et les organisations de défense de droits humains pour les droits humains dans la promotion de la justice fiscale au Burundi. En conséquence, elles aimeraient les réunir dans une conférence-débat évaluative pour faire le point et définir une voie à suivre dans la campagne pour la justice fiscale au Burundi.

Cette action s'inscrit dans le cadre d’évaluer et faire le suivi de la campagne « arrêter l’hémorragie » lancée en avril 2017 et le plan de campagne de 2020  pour encourager la mobilisation des ressources intérieures au Burundi et le civisme fiscal ainsi que la redistribution équitable des recettes.

Elle vise aussi à amplifier le débat sur la justice fiscale parmi toutes les parties prenantes surtout ses champions à savoir  les honorables membres du Réseau pan Africain sur les flux financiers illicites et la fiscalité ( APNIFFT), les  anciens académiciens  sur la justice fiscale (Académie internationale sur la justice fiscale), les journalistes d’investigation financière, les activistes pour la justice fiscale, les associations des journalistes, les journalistes indépendants, etc.

Objectif global : Renforcer le plaidoyer pour la justice fiscale au Burundi.

Objectifs spécifiques :

  • Évaluer l’état de mise en œuvre des objectifs de la campagne sur la justice fiscale au Burundi ;
  • Relever les défis rencontrés ;
  • Dégager une feuille de route des actions à mener (perspectives) et de la stratégie de mise en œuvre.
  • Redynamiser le mouvement de la justice fiscale au Burundi pour les acteurs multipartites concernés ;

Profil des participants :

Cette conférence- débat  d’une demi-journée  devra réunir  50 personnes  des organisations impliquées dans la campagne de la justice fiscale au Burundi (ICED, CNAC, ses associations partenaires, ….), les activistes, les étudiants anciens de l’académie fiscale, les honorables membres du Réseau pan Africain sur les flux financiers illicites et la fiscalité (APNIFFT), associations des journalistes et journalistes indépendants, avocats fiscalistes et comptables, les experts,  etc. Les participants devront être les principaux moteurs de la campagne.

Pour plus d'informations vous pouvez contacter Appolinaire Nishirimbere.